De toutes temps, la mode est un marqueur sociétal.

L’habit fait le moine?

En tout cas, l’habit nous permet de savoir à quelle communauté vous appartenez ou avez envie d’appartenir.

La mode, les tendances vont de plus en plus vite. Le digital a bouleversé notre façon de s’habiller. Le digital a favorisé pour tout à chacun de pouvoir s’habiller avec les dernières griffes internationales, parfois les plus pointues alors qu’elles ne sont vendues qu’au Japon, Corée, L.A, … sans bouger ses mains de son smartphone ou sa tablette.

Par conséquent, la mode nous ancre un peu plus socialement. La manière dont nous habillons permet véritablement de revendiquer qui nous sommes, ce que nous voulons être ou à quelle communauté nous voulons appartenir.

Les énormes industriels du marché offrent des productions en flux tendus pour satisfaire cette soif de tendances permanentes.

Des prix compétitifs pour des productions qui se déroulent dans des conditions douteuses.

Mais une prise de conscience se fait entendre. Elle pousse les industriels à s’engager de manière durable.

La société change et lorsque nous consommons nous recherchons aussi à marquer notre engagement dans l’avenir de notre planète.

Alors bien évidemment, il y a les démarches « bio »… mais aussi les démarches sociétales.

Le développement durable peu et doit-être partout.

Nous l’avons vu dernièrement… Jane Birkin qui « découvre » le scandale de l’élevage des Crocodiles dans la production des sacs Hermès. Et la mauvaise « pub » engendrée à cause de cette prise de parole.

Mais à l’inverse des marques se sont construites dans une démarche contemporaine. Une démarche qui prend en considération à la fois la beauté des produits, mais surtout une vraie réflexion sur le monde qui nous entoure.

Les marques comme Misericordia dont une partie du C.A permettaient de financer le développement d’école au Pérou ont véritablement changé la donne.

Faire du beau… et du bon!

Voilà, une philosophie de production que nous pourrions attribuer à la marque TOMS et son fondateur Blake Mycoskie.

Dès la création de sa marque TOMS qui était mono-produit (les alpargatas, des espadrilles « améliorées » par les émigrants basques en Argentine, et portée par les gauchos mais aussi, surtout les joueurs de polo) a construit sa marque dans une démarche One for One.

TOMS_ALPARGATAS_HUSH_HUSH_DADDY

Pour tout l’achat d’une alpargatas TOMS, Blake Mycoskie s’engage à offrir une paire de chaussures à neuves confectionnées sur commande et déclinées en plusieurs modèles selon les besoins des enfants auxquels les partenaires-donateurs de la marque viennent en aide. Et plus de 45 millions de paires ont ainsi étaient données à des enfants.

Capture d’écran 2015-08-13 à 13.54.23

Puis Toms a développé des lunettes de soleil… Et a étendu les actions de One for One

Pour l’achat d’une paire de lunettes vous permettez à une personne dans le besoin de bénéficier d’un examen ophtalmologique complet par un professionnel de la santé qualifié. Chaque patient reçoit ensuite le traitement dont il a besoin. TOMS contribue aux traitements de trois problèmes de vue courants

Capture d’écran 2015-08-13 à 13.57.32

Mais TOMS  aujourd’hui, cela n’est plus simplement de la mode. Et oui… parce que les marques contemporaines, du XXIème siècle, peuvent et doivent s’affranchir de leur marché initiale.

Donc aujourd’hui, TOMS c’est aussi du café! Et donc dans le modèle ONE FOR ONE pour l’achat d’un paquet de café TOMS Roasting Co. acheté, TOMS s’engage à fournir à une personne dans le besoin 140 litres d’eau potable, soit l’équivalent d’une semaine d’approvisionnement.

Et enfin, lorsque vous achetez un sac TOMS, vous permettez aux partenaires-donateurs de la marque
de fournir le matériel et la formation nécessaires pour aider les femmes à accoucher en toute sécurité, où que ce soit.

Perso, cela fait plus de 5 ans que chaque été je m’achète des TOMS parce que je suis très bien dedans, parce que j’aime leur look mais aussi et surtout parce que cette marque possède une vraie démarche avec laquelle je suis complètement en phase.

Et savoir que j’ai déjà offert 15 paires de chaussures à des enfants « sans rien » faire et bien je suis heureux.

Je suis véritablement adepte de ce modèle ONE FOR ONE et j’adorerais que d’autres marques agissent avec des démarches similaires!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :