Suite à de nombreuses conversations enrichissantes tout au long de l’année 2010 avec des amis d’agence, du web, d’experts (notamment Cédric Rainotte, Thomas Mondo, Larcenette, Mathieu Bouillon et Sarah Ichi, Edouard Petit et Alexis Jamet, Lucile Eureka, Cédric Deniaud, Gregory Pouy, Pauline Germain, et plein d’autres), et tout ce que j’ai pu lire / apercevoir en 2010, je me suis dis que j’allais faire une série d’articles sur ma vision actuelle du marketing.

Le 1er : le marketing 2.0 est-il une révolution?

Alors voilà.. bonne lecture (et j’espère réactions) !

Tout début 2010, Emmanuel Vivier expliquait les tendances du marketing 2.0 pour 2010.

Un point de vue intéressant de la vision de son agence Vanksen sur ce qui allait se passer cette année.

Fin 2010, qu’en est-il ?

 

Perso, je me suis toujours interrogé sur l’expression « marketing 2.0 » ;

car en quoi l’explosion du digital, puis des plateformes sociales dans les approches marketing aurait tout bouleversé ?

En quoi ce marketing serait-il plus avancé qu’auparavant ?  Et le marketing signifie qu’il va y avoir une nouvelle évolution ; alors allons nous voir apparaître un marketing 3.0 ou marketing 3D (puisque nous sommes en pleine mode de la 3D).

En ayant un regard sur le passé et l’histoire, nous voyions que les premières notions de marketing apparaissent en France et au Royaume-Unis au XVIIème et XVIIIème siècle.

Évidemment, ces théories n’étaient pas en relations avec les notions de management comme dans le marketing moderne, apparu au début du XXème siècle, avec l’un des premiers ouvrages référents écrits en 1912 par Charles Wilson Hoyt, La gestion scientifique de la force de vente; mais elles étaient déjà totalement en phase avec les notions de marché, de produits et de vente.

Mais je vais même aller plus loin dans le temps. Pour moi, dès que l’Homme s’est mis à réaliser des échanges marchands (monétaires ou trocs), des principes d’offres et de demandes se sont installés.

Avec cette offre et cette demande, des ‘stratégies marketing’ se sont mises en place. Les vendeurs désiraient (déjà) vendre leur produits / service / savoir faire avec la meilleure rentabilité, et les acheteurs voulaient (déjà) les meilleurs rapports qualité/prix (réels ou perçus).

Cependant, à ces époques éloignées, pas de moyens de communication moderne ; seule la réputation qui s’appuyait sur le bouche à oreille, les réseaux d’influence ou les corporations était le seul moyen existant pour se faire connaître ou ‘générer son image’.

Alors oui, nous pourrions penser que tout ne se faisait qu’au niveau local et que la notion de marché local et la proximité étaient beaucoup plus présentes qu’aujourd’hui, facilitant ainsi la connaissance des ‘vendeurs’ et de leurs marchandises.

Mais, cela serait oublier que  la mondialisation existait déjà !

Et oui, dès l’Antiquité, nous apercevons des échanges internationaux. Par conséquent, certains marchands devaient alors démontrer qu’ils avaient la meilleure qualité de produit, et cela tout autour de la Méditerranée.

Concernant la notion de ‘crowd sourcing’ très à la mode, nous pouvons remarquer que les corporations ou le compagnonnage permettaient  de faire évoluer des techniques, des savoirs, des ‘produits’ grâce aux partages de connaissance.

Donc, je veux dire par là que le marketing ‘1.0’ et maintenant le ‘2.0’ qui intègre le social marketing, le marketing communautaire … n’ont rien révolutionné.

Certes aujourd’hui, tout va plus vite et possède une dimension plus importante avec de réelles réflexions et des études de cas.

Et bien sûr, en ce début de XXIème siècle et avec les superbes outils à notre disposition, nous pouvons : faire du bouche à oreille (wom, ramdam, buzz, …) échanger, écouter, partager, donner son avis en un temps record et toucher des milliers voire centaines de milliers de personnes en temps records.

Mais est-ce que les  attentes des Individus ont considérablement changé ?  N’attendons-nous toujours pas le meilleur rapport qualité / prix pour des produits ou des services qui nous font plaisir ? N’avons nous pas le désir de rêver, se sentir estimé, reconnu ?

Bref, mon prochain article : le marketing, c’est du bon sens!

  1. Lucile

    Hello Thibaut,

    Evidemment tu attendais des réactions, et je pense qu’avec un sujet comme celui-ci et en me mettant en lien, tu ne peux qu’en avoir de ma part, car je ne suis pas vraiment d’accord avec ta démo. Mais tu le sais, vu que nous en avions déjà parlé. Le sujet est ambitieux et je ne suis pas d’accord sur ta contextualisation historique
    1) parce que le commerce n’est pas le marketing,
    2) parce qu’il me semble que tu mélanges à plusieurs reprises marketing et influence, ce qui pour moi correspond davantage à de la communication que du marketing
    3) parce que les bases du marketing « traditionnel » dit transactionnel, appris en ESC, n’intègre pas la dimension relationnelle (qui est vraiment apparue avec l’idée de CRM notion plutôt récente) et repose sur les célèbres 4P, avec une dimension de masse, et pas une logique de personnalisation de l’offre.
    Alors, même si l’idée de base du marketing est de mettre le client au coeur de la réflexion, la réalité des faits, c’est que les marketeurs se focalisent davantage sur le marché (offre/concurrence), en oubliant la demande, car à mon sens, je pense qu’il y a plus de produits conçus que de demandes réelles et besoins à combler.
    Solis ajoute le 5ème P de « People » et c’est peut-être là, que le marketing retrouve du sens, en n’oubliant pas, à destination de qui, il s’adresse. Pour moi, le marketing 2.0 et l’ensemble de ces déclinaisons « alternatives » doit intégrer l’humain, avec cette capacité que nous avons aujourd’hui, par des nouveaux outils, média de créer des interactions et plus seulement une communication descendante, et cela à l’échelle d’autres choses qu’un focus group, ou que des statistiques de moyennes d’échantillons que ne représentent pas la mosaïque des individus et comportements hypermodernes.
    Donc évidemment, je ne serai pas d’accord avec toi, sur le dernier point, où tu t’interroges sur le fait que les attentes des individus n’aient pas changé, car de toute évidence, je crois que notre société est un peu plus complexe, et qu’il devient extrêmement compliqué de continuer à se contenter de mettre des individus dans des cases.

  2. Cédric Rainotte

    Salut Thib,

    Trop de chose à faire ce 24 décembre pour me lancer dans une grande littérature mais je pense effectivement que tu mélanges diverses choses.
    Cela n’empêche pas à mes yeux de soulever la question de cette fameuse « révolution marketing ».
    En guise de réponse simple, je reprendrais 2 slides d’une présentations que j’avais donné début de l’année –> http://www.woweffect.be/?p=6917

    Un super Noël à toi!

    Ced

  3. Thibaut

    Pour info… il s’agit non pas d’un billet, mais d’une série d’articles à venir.
    Mon propos dans ce dernier est bien de dire que le « marketing » et les réseaux sociaux existent depuis toujours.
    Nous avons juste des outils à notre disposition qui facilite les choses.
    Mon prochain article, c’est le marketing c’est du bon sens.
    Mais je parlerai également de l’influence, et d’autres thèmes.
    Notamment, je citerai mon expérience en hôtellerie restauration. Pour moi ce sont de vrais cas concrets permettant de démontrer ce que devrait être le ‘marketing’ aujourd’hui; et la prise en considération de socio-style vs. socio type.

    @Lucile : la notion de CRM n’est pas si récente que cela… en effet, depuis 1958 Lester Wunderman développe des stratégies relationnelles.
    Sinon la communication fait parti du marketing, tu cites les 4P : prix, produits, distribution, communication.
    Se faire connaître, développer son image de marque, installer son territoire, son univers, … cela est la communication.
    Mais si ton service, ton produit est mauvais tu aurais beau faire tout le ramdam que tu voudras, le bouche à oreille sera mauvais.

    Aujourd’hui, tu pourrais me citer la ‘communication de personne / personnalité’. Et me dire cela n’est pas du marketing… Je te dirais oui… mais non. Car, même si ils n’ont pas de choses à vendre, ils se placent en tant que marque. Ne parlons nous pas de personal branding?
    En soit, se créer une identité, une image autour de sa personne comme une marque… c’est bien pour se vendre?
    Un blogueur qui crée son blog pour démontrer son expertise, se faire remarquer, … c’est bien pour être remarqué par un prochain employeur ou client? Donc se vendre?? NON?

    Le commerce et le marketing ne peuvent être dissociés. Le marketing aide la vente et cela peut importe si c’est un service, un produit, une personne…

    Tout est commerce, tout est vente.

  4. Lucile Merra

    Pour être encore pointilleuse sur les mots, je rebondirais à ton comment sur deux notions que tu évoques:
    – le CRM n’est pas la même chose que les stratégies relationnelles.
    – la communication ne s’est jamais limitée au 4ème P de « promotion », qui comprend par ex, la promotion des ventes, qui n’est pour moi, à proprement dit, pas forcément de la « communication » bien que cela puisse s’appuyer sur des outils.
    Réduire la com à une partie du marketing, c’est avoir une petite vision de la com. Quid de l’institutionnel, de la com publique, corporate, lobbying, ce n’est pas du marketing, en revanche, ces notions se rapprochent certainement de la gestion des réseaux d’influence.
    Tu ne peux pas prendre des cas isolés pour en faire des généralités, sans tenir compte de l’apprentissage Marketing des générations des Procter&Gamble and co.
    Joyeux NOël

  5. Thibaut

    Euh Lucile : promotion en anglais ne signifie pas que ‘promotion des ventes’.. mais on y intègre bien l’ATL & le BTL (que se soient ON & OFF LINE).
    Dans le BTL, tu as certes la promotion des ventes, le CRM, l’events MAIS AUSSI : les relations presse et publiques (dans lesquelles on y intègre le lobbying), la com’ instit’, corpo, ..

    D’ailleurs, le marketing et la communication de certaines entreprises sont gérées par les mêmes services. La communication et le marketing gère conjointement l’image d’une marque / entreprise.

    Et tout cela contribue à installer l’image, dynamiser sa notoriété…

    Pour revenir juste sur le point de lobbying, n’est ce pas justement un moyen de mieux vendre ses produits?

  6. Cédric Rainotte

    MARKETING = MAKING PEOPLE HAPPY TO BUY (que ce soit une idée, un concept, un produit, un service,…). Le reste est de la b****** de théoricien.
    Ce que les nouveaux médias ont par contre amené sans aucun doute, c’est une diahrée de terme en tout genre au sein du Marketing afin être sûre de se sentir utile…

  7. Lucile Merra

    Euh Thibaut, je ne suis pas une cador en anglais, mais qd même ; ). Que le marketing et la com de certains groupes soient rapprochés, c’est normal, de là à dire que la com’ est une sous-partie du marketing, je regrette, mais non. J’ai un diplôme market d’ESC et un DESS de com, et non, on n’apprend pas la même chose en gestion qu’en sciences de l’info. Je crois que quand on s’attaque à ce genre de sujet marketing traditionnel versus marketing 2.0? en essayant de reprendre la base, on peut difficilement oublier la base de l’enseignement marketing, outre la pratique et l’expérience de chacun.
    Pour m’être replongée dedans, vu que je file des cours de nouvelles tendances marketing, je t’invite à retrouver les bases qu’on t’a apprise, je pense que ton point de vue évoluera. Non, le lobbying ce n’est pas que pour vendre des produits, oui, l’objectif d’une société, c’est de créer de la richesse et gagner de l’argent. Je trouve l’approche trop réductrice pour qu’on puisse en sortir qqch d’intéressant. Passe de bonnes fêtes.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :